Burkhard Vogtherr 1942 - 2019

Un hommage posthume

Le siège de conférence pivotant Eyla, le dernier siège de Burkhard Vogtherr fait son entrée sur le marché européen. Grâce à une longue activité internationale, le designer de meubles allemand fait partie des plus connus et a, au cours de sa carrière, été récompensé à de nombreuses reprises, une première fois en 1969, déjà, par le prix fédéral Gute Form. A sa disparition inattendue en août 2019, Il dirigeait son dernier studio situé à Mulhouse, en Alsace. Il laisse désormais un grand vide parmi les créateurs allemands de renom et la mise sur le marché d’Eyla est pour nous l'occasion de saluer sa mémoire et son œuvre. Connu pour son design minimaliste et épuré, nous lui devons en effet, de nombreux meubles à succès, fruits d'une longue et merveilleuse collaboration.

Première phase du travail en freelance

Après avoir achevé ses études de designer industriel dans les écoles d'art de Kassel et de Wuppertal et après une courte période en tant que designer sous contrat chez Vitra, Burkhard Vogtherr a entamé en 1997 son activité en tant que designer indépendant chez Rosenthal Einrichtung. La division mobilier du célèbre fabricant de porcelaine était alors en cours de développement et le jeune designer a eu, dans le cadre de ce premier grand champ d'expérimentation, l’opportunité d’entreprendre une grande aventure riche d’enseignements.

Durant cette période, des armoires murales, des canapés et des tables ont été créés qui, à l'époque bien plus qu'aujourd'hui, étaient considérés par les acheteurs comme un investissement sur le long terme. Toutes ses idées et approches de conception n'ont pas toujours eu le succès escompté, notamment celle de l'architecture secondaire consistant à considérer les meubles comme partie intégrante d'un bâtiment de sorte qu'ils puissent être transmis à un utilisateur ultérieur. Une approche très durable qui, aujourd'hui, dans notre société du tout jetable, avec des meubles bon marché et des tendances d'aménagement très changeantes, pourrait connaître un regain d’intérêt dans une perspective d'économie circulaire.

Finalement, des meubles encastrés ou des ensembles de meubles à l'aspect très imposant - en termes de matériaux mais également de dimensions furent créés. Dans les années soixante-dix, le critère de pérennité avait plus d’importance, que dans les décennies suivantes.

Focus sur le mobilier dédié à la station assise

Après sa collaboration avec Rosenthal, Burkhard Vogtherr a poursuivi une activité intensive avec des partenaires établis au sud des Alpes. Le designer se présentait toujours avec des idées déjà abouties et des prototypes chez les clients potentiels tels qu'Arflex et Capellini. Il créait environ un meuble par an dans son atelier, élaborant et fabriquant lui-même, dans un premier temps, tous les développements du projet, depuis la première esquisse jusqu'au prototype. Sa formation d'ébéniste lui permettait de réunir toutes les compétences requises.

Ces productions aboutissaient rarement à un achat. "J'aime les formes aériennes et la gracilité. Les meubles ostentatoires ne sont pas à mon goût. La gracilité étant une caractéristique de certaines collections italiennes, mes pièces semblent avoir été créées là-bas", a déclaré Burkhard Vogtherr dans une interview accordée à la revue spécialisée md. Dans le cadre de ces collaborations et d'autres coopérations avec des entreprises comme Fritz Hansen, Rolf Benz, Klöber, Arco ou Davis, il a acquis une grande expertise en matière de sièges, dont il a pu faire bénéficier Girsberger dans son dernier parcours en tant que designer.

«J'aime les formes aériennes et la gracilité!
Les meubles ostentatoires
ne sont pas à mon goût.»

 

La phase de la maturité - la griffe du designer

Le design d'auteur de Burkhard Vogtherr, développé au fil des années, peut se résumer par cette déclaration formulée en 2011: "Mon concept signature est probablement le minimalisme. Un exemple: Parce que je souhaite renoncer aux rembourrages épais et volumineux, j'essaie de générer du confort par d'autres moyens réduits au minimum. En exploitant par exemple l'élasticité d'une sangle tressée ou en positionnant de manière flexible la coque d'assise sur un amortisseur en caoutchouc. Dans le fond, je réfléchis et travaille à ces idées depuis plus de trente ans".

Mais son œuvre n'était que très peu couchée sur papier ou basée sur des esquisses, elle était plutôt développée en atelier - il privilégiait une visualisation sous forme de maquettes et de prototypes.

"Pour esquisser un nouveau projet, je me contente de quelques traits sur le papier. Je n'ai jamais été un brillant dessinateur. J'utilise surtout le papier pour clarifier certains points pour les collaborateurs ou pour moi-même. Mais dès que je veux représenter un projet de manière imagée ou en perspective, le résultat laisse souvent à désirer".

«Pour esquisser un nouveau projet, je me contente de
quelques traits sur le papier. Je n'ai jamais été un brillant
dessinateur. J'utilise surtout le papier pour clarifier
certains points pour les collaborateurs ou pour moi-
même. Mais dès que je veux représenter un projet de
manière imagée ou en perspective, le résultat laisse
souvent à désirer».

 

 

Bien qu'il ait souvent eu des concepts prêts à l'emploi sous la main, Burkhard Vogtherr se considérait malgré tout comme un prestataire de services. Il est vrai que le chemin entre le prototype et le produit commercialisable reste très long: Les considérations ergonomiques et les normes ainsi que la sélection des matériaux jouent un rôle important, en particulier pour les meubles destinés aux collectivités. Pour parvenir à un volume de vente qui puisse justifier la fabrication d'un produit ainsi que tous les coûts inhérents, des compromis sont parfois inévitables. "Malheureusement, le plus beau design n'est pas toujours celui qui se vend le mieux", a dû reconnaître Vogtherr à ce propos. Comme il n'est jamais dans l'intérêt d'un designer que ses créations dorment au fond d'un tiroir, il a l’une ou l’autre fois été contraint d’admettre que ni ses clients, ni lui-même ne peuvent survivre, si rien n'est vendu et si on ne parvient pas à entrer dans ses frais.

Il estimait, que pour les sièges pivotants, la légèreté visuelle et la mobilité sont importantes. Cependant les prix de marché compétitifs ont souvent constitué un frein qui, aux dires de Vogtherr, ont conduit de nombreux sièges de qualité à l’échec commercial.

Burkhard Vogtherr nous a quittés de manière inattendue en août 2019, lors de vacances en France. Pour nous, la collaboration et les échanges avec lui ont été un grand enrichissement, qui nous fait désormais cruellement défaut. Mathias Seiler, directeur du design et du marketing de Girsberger Holding SA: "La collaboration avec Burkhard Vogtherr se déroulait dans un esprit de concertation permanente. Nous nous sommes souvent rencontrés, avons réfléchi ensemble, avons débattu et avons aussi volontiers partagé un repas. L'un ou l'autre projet de produit a ainsi presque fortuitement vu le jour". 

La collaboration avec Girsberger

Burkhard Vogtherr savait très bien vendre ses idées. Il était capable d'identifier les besoins des clients et des fabricants et de les concrétiser. Ses réflexions étaient toujours logiques et compréhensibles. Sa force de persuasion était grande, car il étayait souvent ses projets de meubles par des modèles de design ou encore des prototypes fonctionnels.

Sa collaboration avec Girsberger a débuté en 2009 avec la gamme de sièges Corpo. En 2011, le siège de soutien à la station debout Sway a vu le jour. Ce meuble maniable est doté d'une technique raffinée : le pied central, dont le socle est articulé, incite automatiquement à une position assise saine et dynamique. Un geste simple permet d’ajuster la hauteur de l'assise.  
En 2012, la gamme de sièges pivotants et de sièges de conférence Jack a suivi. Ce modèle dispose également d'une idée technique intéressante: les coques d'assise sont montées sur des amortisseurs en caoutchouc qui autorisent beaucoup de mouvements en position assise. En 2013, la vaste gamme de sièges pivotants Diagon a été lancée, suivie en 2014 par le siège de direction haut de gamme Diagon Executive.

Le siège pivotant de conférence Eyla met un terme à l'œuvre d'une vie et malheureusement également à la collaboration avec Girsberger. Ce siège a été créé en coopération avec le fabricant américain Davis. Le projet commun du designer britannique Jonathan Prestwich et de Burkhard Vogtherr est désormais produit par Girsberger, pour le marché européen, dans une version dotée d'un rembourrage particulièrement élaboré.

Texte: Dorothea Scheidl-Nennemann, Janvier 2022
 

Sources / liens:

Photos de portraits: Rainer Spitzenberger
Photos de produits: Fabricants


Sièges pivotants Eyla

Sièges pivotants Eyla

Sièges pivotants Eyla

Siège assis-debout Sway

Siège assis-debout Sway

Siège assis-debout Sway

Jack siège pivotant

Jack sièges pivotants

Jack sièges pivotants

Corpo chaise à piétement

Corpo chaise à piétement

Diagon sièges pivotant et chaise à piétement

Diagon, Gamme de chaises

Diagon chaises à piétement

Diagon Executive, Siège de bureau destiné à l'exécutif et chaise à piétement

Diagon Executive chaises à piétement